samedi 3 octobre 2009

Le circuit économique

Le circuit économique est la représentation schématique des flux d'échanges que réalisent les agents dans une économie. Ces flux sont de deux sortes : les flux réels (le travail et la production) et les flux monétaires (les salaires et la consommation). Le premier circuit économique, le Tableau économique, est réalisé en 1758 par le physiocrate français François Quesnay.

La représentation du circuit est schématique, c'est-à-dire simplificatrice. Elle conserve seulement les opérations économiques principales des acteurs. Le circuit permet de privilégier les interrelations des acteurs concernant la circulation des flux : des acteurs consomment ce que d'autres produisent ; certains épargnent, d'autres empruntent. Tous ces flux forment un tout, un système : ce qui représente un emploi pour les uns, est une ressource pour les autres.

Le circuit économique regroupe quatre ou cinq types d'acteurs : les entreprises, les ménages, les administrations et les institutions financières. Dans une économie ouverte, on ajoute un cinquième acteur fictif appelé le reste du monde.

  1. Les entreprises sont des entités juridiquement autonomes, organisées pour produire des biens et des services marchands.
  2. Les ménages renvoient à une ou plusieurs personnes physiques vivant sous le même toit et dépendant économiquement les unes des autres.
  3. Les administrations publiques ont un rôle de production, de régulation et de redistribution.
  4. Enfin, les institutions financières procurent des prêts bancaires et des services d'assurance en échange d'intérêts ou de primes d'assurance.
  5. On ajoute un cinquième acteur dans une économie ouverte que l'on appelle le reste du monde et qui permet d'enregistrer les importations et les exportations.

Afin de proposer une photographie des flux réels et monétaires entre les entreprises, les ménages, les administrations publiques, les institutions financières et le reste du monde, il est nécessaire de retracer les principales opérations entre ces unités institutionnelles. Trois types d'opérations sont enregistrés : les opérations sur biens et services, les opérations de répartition et les opérations financières.

  1. Les opérations sur biens et services concernent pour les emplois : la consommation, l'investissement et les exportations ; et pour les ressources : la production et les importations.
  2. Les opérations de répartition recouvrent les salaires, les revenus, les impôts, les subventions et les aides publiques.
  3. Les opérations financières retracent l'épargne et les crédits.

Il faut enfin ajouter aux acteurs et aux opérations, les lieux sur lesquels ils réalisent leurs échanges. Ces lieux correspondent à quatre marchés : le marché des biens et services, le marché du travail, le marché de la monnaie et le marché financier. Ces quatre marchés se retrouvent dans tous les modèles économiques, qu'ils soient de type keynésien ou néoclassique. La différence principale est que les modèles keynésiens analysent certaines formes de déséquilibres ou de crises économiques, alors que les modèles néoclassiques postulent un équilibre macroéconomique global.

Voir en ligne l'exemple d'un circuit économique centré sur l'entreprise :
http://www.ecogesam.ac-aix-marseille.fr/outils/schema/ecoge/circeco.jpg

2 commentaires:

Mes autres blogs